vendredi 29 avril 2016

"Morituri" : Le nouvel album de Jean-Louis Murat

Morituri, de Jean-Louis Murat – PIAS - 16 euros

morituri, nouvel album, jean-louis murat, pias, babel, french lynx, morgane imbeaud, musique, frank loriou, jean louis bergheaud

Il y a tellement de choses indécentes en ce moment. Ce retour de Renaud, avec une tournée des Zénith pendant qu'il est « encore debout », lui qui peine à articuler trois mots en interview, malheureusement. C'est un sketch des Inconnus franchement. Et je ne parle même pas de Polnareff et son éternel retour en forme de chemin de croix avec son look des années 70,  dont il ne veut plus sortir, quelle blague. Plus fort que Les Inconnus en fait. On nous prend vraiment pour des imbéciles. On nous parle partout de dignité mais il n'y en a aucune dans ce que les mêmes nous débitent à longueur de journée.

Alors, une petite accalmie dans ce carnaval consternant ne fait pas de mal de temps en temps. Le nouvel album de Jean-Louis Murat, Morituri (« Ceux qui vont mourir », en latin), tombe à pic donc. Inspiré de l'année 2015, on devine que le résultat ne va pas être gai, mais avec l'auvergnat ça ne change pas grand-chose, tant son répertoire ne rime pas avec espoir ;-).
Je vous avais déjà parlé de ce chanteur, à l'occasion de l'excellente biographie qui lui a été consacrée l'an dernier, préfacée par Dominique A, qui a fait beaucoup de bruit à sa sortie : « Jean-Louis Murat, coups de tête ».

Et c'est d'un coup de blues dont il s'agit cette fois-ci, pour ne pas dire un coup de cafard, à en croire le titre de clôture du disque.


Feutré, apaisé, Morituri avance comme une coulée d'eau douce dans l'artère exsangue de nos états d'âme. Et son orchestration en forme de jazz liquide met un peu de baume au cœur. Les chansons avancent par caresses, par petites touches d'attention humaines, comme autant de souffles apaisants pour nous faire revenir à la vie. On se sent en soins palliatifs, mais on s'y sent bien.

D'ailleurs, en écoutant la chanson « Morituri » - un morceau qui parle de la petite mort et qui sonne comme un dialogue avec la grande Faucheuse -, on se sent vraiment transporté dans un drôle de monde, entre rêve cotonneux et réalité livide. Sa musique funambule aux ornements d'outre-tombe envoûte, sa voix féminine fluette, comme spectrale, évoque un double astral du chanteur. Le dernier titre du disque, « Le cafard », finit de nous plonger dans cet onirisme au réalisme charnel, en guise de fin étoilée : le « Riders On the Storm » de Murat.

L'auvergnat nous surprend encore une fois avec cet album de rupture dans la continuité, même s'il donne parfois l'impression de se répéter et de tourner un peu en rond, comme un cygne sur un lac, l'âme en peine (« Nuit sur l'Himalaya », « Tarn et Garonne », le single « French Lynx »).

Morituri apparaît comme le digne successeur de Babel, sorti en 2014. Jean-Louis Murat, lui, on peut le dire, est vraiment « toujours debout » ! Et digne !

Voici en guise de mise en bouche onctueuse, le teaser officiel du « Cafard », justement :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...